Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

« Le gascon parlé à Eysines » 

Par Guy Latry, professeur émérite d’occitan à Bordeaux-Montaigne

Conférence du 2 octobre 2021Conférence du 2 octobre 2021

Une bonne quarantaine d’auditeurs ont répondu à l’appel conjoint de notre association et de l’Ostau Occitan, dans le cadre du festival Mascaret. Après des mots d’accueil adressés par notre présidente, Marie-Hélène Guillemet et la présentation de Guy Latry et du Festival Mascaret par Michel Mourany, Guy Latry a pris la parole pour nous parler du gascon eysinais et passionner des auditeurs attentifs pendant une heure et trente minutes.

Conférence du 2 octobre 2021
Conférence du 2 octobre 2021
Conférence du 2 octobre 2021

A la fin du premier millénaire, deux langues se distinguent au sud et au nord de ce qui deviendra notre France. Au sud, la langue occitane ou langue d’Oc devient la langue relativement unifiée des troubadours comme Guillaume d’Aquitaine, grand-père d’Aliénor, Bernard de Ventadour ou Jaufré Rudel. Un « accident » historique, la croisade des Albigeois, va entraîner l’annexion par le royaume de France du comté de Toulouse puis de la Provence. La langue officielle devient dans ces régions la langue d’Oïl, parlée par les classes supérieures de la société. Mais l’occitan reste la langue courante du peuple sous la forme de différents dialectes : gascon, languedocien, provençal, limousin …

Guy Latry nous explique quelques particularités de syntaxe et de morphologie du gascon. Il nous décrit aussi les particularités du gascon médoquin parlé à Eysines, dont l’usage quotidien s’est perdu progressivement dans les années 50.

A la fin du XIXème siècle, l’historien bordelais Camille Jullian obtient de la municipalité la création d’une chaire de langues et littératures de Sud-Ouest à l’Université. M. Bourciez en prend la charge et demande à chaque instituteur de la Gironde de faire traduire la parabole biblique de « l’Enfant prodigue » en gascon, par un ancien du village. En 1895, à Eysines c’est Jacques Cazaumajou qui va se charger de cette tâche. Jacques, ou Rémi Cazaumajou est né le 29 janvier 1834 à Habas (Landes). Nommé instituteur au 1er avril 1852, après un premier poste à Martillac, puis un second à Capian à partir du 15 décembre 1866, il est affecté le 5 avril 1881 à Eysines. Guy Latry se livre à un examen détaillé de la traduction qu’il fournit, et qui est remarquable par son sérieux.

Il nous fait ensuite écouter des enregistrements effectués dans les années 1980 par Patrick Lavaud. Le gascon était utilisé couramment pour parler des aspects de la vie au village : le travail, la vie familiale, le bavardage dans les soirées, les souvenirs du marché des Capucins, du carnaval à Bordeaux, des bals…Deux « revues » satiriques font défiler les principaux conseillers municipaux des années1925-1935.

Aujourd’hui les mots gascons sont toujours présents avec les noms de lieux, les noms des outils agricoles.  Les éléments naturels ou humains donnent les noms de lieux dits : la clide (ou clède, barrière en treillage), aubarède (lieu planté d’aubiers), biblanque (vigne blanche), sescat (lieu planté de sesques, ou masses d’eau), campuch (ou campich, enfant trouvé). Bigos, bajole, etc… désignent outils et ustensiles.

Conférence du 2 octobre 2021
Conférence du 2 octobre 2021
Conférence du 2 octobre 2021
Conférence du 2 octobre 2021

Les chafres (surnoms) sont d’usage systématique et se transmettent de génération en génération (en 1730, on les trouve inscrits par le curé dans les registres paroissiaux, et aussi dans les matrices cadastrales de 1811). Dans sa comédie Jeantillot es malaut, Gric de Prat (le docteur Romefort, du Taillan) énumère plusieurs chafres eysinais.

Le gascon se retrouve dans des verbes, des qualificatifs, des expressions, des dictons, des devinettes, des « blasons », formulettes moqueuses sur les villages limitrophes. Il laisse enfin son empreinte sur la syntaxe du français, comme on peut le voir dans les lettres du « poilu » Gaston Lalumière et de ses camarades (« je suis été ») - comme quoi, même en écrivant dans le français appris à l’école, on pouvait continuer à penser en occitan…

La parole est ensuite donnée aux auditeurs ; quelques-uns évoquent les souvenirs liés à leur enfance avec leurs grands-parents. Après les applaudissements et remerciements, on continue d’échanger par petits groupes.

Guy Latry, Marie-Hélène Guillemet, Elisabeth Roux.

Tag(s) : #conférences
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :