Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Merci à l’association « l’écrin d’Insos »,( surtout à Mme Pimbert, , à Michelle Anouilh, Jean-Pierre Lacoste et Jean-Luc Harribey du conseil d’administration ainsi que Hélène Lacoste adhérente) de nous avoir accompagnés longuement en débutant par un pique-nique au chaud puis une longue visite guidée sur toute la commune de Préchac.

Préchac, arrosée par le Ciron et ses affluents, tire son nom de la famille de Preyssac qui était alliée à Clément V, et possédait l’emplacement occupé aujourd’hui par le bourg.

Des fouilles ont mis à jour des restes d’une villa gallo-romaine sous l’ancien cimetière autour de l’église.

Trois châteaux sur la commune sont en rivalité puisque la seigneurie de Cazeneuve est à la famille d’Albret alors que La Trave et La Fue sont à la famille De Goth(famille du pape ClémentV)

De nombreux hameaux forment Préchac , nous irons à Cazeneuve , Insos et la Trave.

1/ le château de Cazeneuve

le château vu de l'extérieur
le château vu de l'extérieur
le château vu de l'extérieur

le château vu de l'extérieur

Historique : Ancienne résidence des rois de Navarre, dont Henri IV, il a été classé monument historique en 1965.

Idéalement situé à la confluence de l’Honburens et du Ciron, le château primitif (motte féodale) date du XI ème siècle . Il est l’ancienne résidence des Rois de Navarre, propriété du Roi Henri IV( par héritage de sa mère Jeanne d’Albret) et de la Reine Margot.

Amanieu VII d’Albret reconstruit totalement un vaste château à la fin du XIIIème siècle. Il était alors entouré d’une barbacane dont la tour de Lésignan, une enceinte importante avec poterne d’où partait un souterrain, une basse-cour….

A la fin du XVIème, le château appartient à Henri IV qui y assigne à résidence la Reine Margot avant sa répudiation. Le roi fait planter des pins parasols dans le parc , symboles du protestantisme !

Peu de temps après, le roi a besoin d’argent car les guerres de religion ont coûté cher. Il aliène alors le château à son cousin Raymond de Vicose . C’est lui qui va améliorer le château et fait édifier l’arc de triomphe du village de Cazeneuve qui se trouvait juste devant le château , des maisons de bois dont il ne reste plus rien.

Le château est alors aménagé au goût du jour : le rez-de-chaussée est voûté, les salles sont desservies par une galerie dans l’aile nord-est , et des cheminées chauffent les pièces ; ces cheminées sont très belles, faites en général de pierres des carrières de la région ; celle du grand salon a un décor sculpté de feuillages, rinceaux, corne d’abondance…

Louis XIII viendra faire un séjour en 1620 ; Louis XIV s’y arrêtera lui aussi en allant se marier à Saint jean de Luz.

détails de l'architecture
détails de l'architecture
détails de l'architecture

détails de l'architecture

Visite :les appartements royaux sont meublés d’époque et restaurés régulièrement, les sols sont en carreaux de Gironde , la plupart des cheminées en pierres issues des carrières de la région ,entre Bazas et Cazeneuve.

1/ le rez-de-chaussée : c’est une forteresse du XIV ème, les galeries sont donc voûtées .

- la salle d’armes : au mur les blasons des familles à qui a appartenu le château au cours des siècles, et sur une table des armes de chasse ,en effet, Henri IV , ses ancêtres et descendants sont de grands amateurs de chasse à courre.

le rez de chaussé
le rez de chaussé

le rez de chaussé

- dans la galerie : 2 coffres de voyage et des chaises de fumeurs recouvertes de cuir de Cordoue, d’époque Henri IV, des tapisseries d’Aubusson du XVIIème siècle .

- salle à Manger : immense cheminée de pierres à colonnes, grande table , dans les vitrines des plats en porcelaine en Vieux Moustiers, et en faïence Vieillard.

chaise de fumeurs

chaise de fumeurs

- la cuisine : grande cheminée de pierre avec tournebroche, casseroles, poissonnières, turbotière etc… en cuivre, moules à gâteaux de formes diverses, un potager à 3 feux, un évier de pierre , un pétrin et une panetière accrochée au mur pour éviter les souris, de style provençal, 2 bancs à sel , une grande table , etc…

la cuisine
la cuisine
la cuisine

la cuisine

2/ le 1er étage :

- salon et chambre de la reine Margot :le mobilier n’est pas celui de la reine qui a emmené son mobilier lorsqu’elle est partie pour Usson . Dans le salon : mobilier Louis XV , tapisseries des Flandres du XVIème , des portraits de la reine Margot et de Louis XIV à 20 ans ; dans la chambre ( de couleur à dominance verte) :une cheminée en pierres , et une des premières armoires en peuplier de style Louis XIII.

- chambre du roi ( de couleur à dominance rouge) :plafond à la française, cheminée de pierre à décors en stuc le lit d’Henri IV, une armoire style louis XIV , un bureau de collecteur d’impôts ( ce bureau est entièrement démontable , et pouvait se transporter à l’arrière de la charrette pour les collectes dans les villages)

- la chambre de Delphine de Sabran (qui fut la muse de Chateaubriand) de style louis XVI ,une cheminée de marbre blanc avec un lit à baldaquins à la polonaise , et une salle de bain attenante avec baignoire et chauffe-eau en cuivre , nécessaire de toilette en faïence.

- petit bureau du régisseur : un petit meuble avec des livres du XVIIème , une cheminée de pierre, et un passage qui mène à des escaliers pour les soldats et les domestiques .

- la chapelle est l’ancienne salle de justice, édifiée en 1680 par M de Viscose, une cathèdre de 1680 qui se transforme en prie-Dieu.

- de la chapelle une galerie , où se trouve la chambre du chapelain , amène au chemin de ronde ; nous surplombons le Ciron et entre-apercevons le domaine de 50 ha qui était de 250 ha sous Henri IV.

- la chambre de Charlotte Rose de Gaumont la Force( 1650 1724) , amie de Perrault et de La Fontaine qui écrivit le conte « Percinette » dont l’histoire fut reprise par Wall Disney en 2010 pour le film « Raiponce » : de style fin XIX début XX ,avec des fresques murales champêtres.

1er étage , couloir et cheminée1er étage , couloir et cheminée

1er étage , couloir et cheminée

3/les extérieurs :une double volée d’escaliers nous conduit , de la cour sous le château , aux grandes caves médiévales souterraines et aux grottes troglodytes qui furent un habitat primitif et au moyen-âge une réserve pour les aliments .

Le puits et nymphée gallo-romaine descendent à 14 m sous terre .

On accède aux caves médiévales par les parties viticoles : chais et pressoir.

les cavesles caves

les caves

Notre groupe de 18 personnes ( de 6 associations : Mémoire de Bruges, Connaissance du Médoc, les Baladins, Haillan généalogie ,Maisons paysannes, et Connaissance d’Eysines) retourne au bourg de Préchac où nous retrouvons Mme Annie Pimbert qui nous accueille dans une salle, face à l’église , où nous partageons notre pique-nique , au chaud…. Le soleil est là dehors mais malgré le mois de mars la chaleur n’est pas encore au rendez-vous .

2/ les maisons de Préchac

Nous les voyons depuis nos voitures en allant d’un lieu à un autre et aussi lors de nos arrêts pour les visites des 2 églises et des ruines des châteaux. Préchac avait une population relativement importante avec beaucoup de métairies. Peu de maisons anciennes, la plupart datent du XVIIIème et XIXème siècles . Sur la place du 1er août , une maison à galerie du XIXème , en bois et pierres enduites ,dans le style arcachonnais . De nombreuses grandes bâtisses du XIXème, au milieu de grands domaines, attestent de la présence de grandes propriétés d’exploitation du pin et d’activités pastorales ainsi que viticoles .Nous remarquons une grande cheminée de l’ancienne usine à gemme , et bien sûr des bâtiments annexes de l’activité agricole , la plupart en bois .

3/L’église Saint Pierre es Liens au bourg de Préchac

(Saint Pierre es Liens , relate l’an 43 lorsque St Pierre est enfermé enchainé ; un ange lui apparaît qui le délivre de ses chaines et St Pierre sort de sa prison)

église St Pierre es lienséglise St Pierre es liens

église St Pierre es liens

L'église Saint-Pierre-ès-Liens de Préchac est classée monument historique depuis 1909.C’est une église romane d’influence du Sud( Gers) et non saintongeaise comme en Médoc et entre-deux-mers. L’église a été fortifiée au moment des guerres de religion. Elle est en pierres des Gorges du Ciron.

Extérieur ( nous faisons le tour , du bas-côté sud vers le clocher) des marques de tâcherons sont visibles sur l’édifice.

- le bas-côté a 4 travées , des contreforts ont été détruits et la petite porte des cagots a été murée.

- le chevet se compose d’une abside centrale et de 2 absidioles .L’abside centrale(fin XIème-début XIIème) a un réseau d’arcatures qui s’appuie sur le contrefort central avec une baie , les colonnes sont engagées et leurs chapiteaux sont sculptés . Les absidioles sont très sobres ; une partie haute a été ajoutée ; la corniche est simple sans modillon ,.

- le 3ème bas-côté , bâti au nord fin du XVème siècle, est gothique avec un réemploi des pierres médiévales

Le clocher-pignon , typique du bazadais ,est construit au XIVème siècle ; il a 5 baies campanaires , d’épais pilastres le supportent . Le portail est simple, composé uniquement d’un jeu de moulure .

Intérieur :l’abside à 3 baies, est en arcature avec des colonnes sur « bobine », le tout sur un bahut relevé ; des chapiteaux( toujours de style roman, influence de l’école du midi) à feuillage et bestiaire roman. Il y eut sans doute au départ une nef unique avec une croisée. Puis le porche et le clocher sont ajoutés à l’arrière de la nef ainsi que les 2 bas-côté , puis le 3ème bas-côté au XV ème. Une charpente devait couvrir l’édifice ; au XIX ème une restauration installe une voûte ainsi que des vitraux de Villiet ,maître verrier de Bordeaux( les vitraux du chœur de St Martin à Eysines) . Le mobilier est lui aussi classé : la chaire du XVIIIème , le tabernacle du XVIIème , une vierge en bois doré et 2 retables du XVIIème; l’un des deux va partir en réfection (mangé par les termites) . La toile peinte représente le vœu pieux de Louis XIII( en 1638 , la France va très mal , mais les nuages semblent se déchirer et Louis XIII , roi très pieux, remercie Dieu de sa « clémence » et décide de consacrer le royaume de France à Notre-Dame) C’est un retable en bois de châtaignier ,sculpté avec des colonnes torses ; il fut sans doute « ajusté » lors de la construction du dernier bas-côté.

toujours église St Pierre es-lienstoujours église St Pierre es-lienstoujours église St Pierre es-liens

toujours église St Pierre es-liens

extérieur de l'église d'Insos
extérieur de l'église d'Insos
extérieur de l'église d'Insos
extérieur de l'église d'Insos
extérieur de l'église d'Insos

extérieur de l'église d'Insos

intérieur de l'église d'Insos, charpente et fresquesintérieur de l'église d'Insos, charpente et fresquesintérieur de l'église d'Insos, charpente et fresques

intérieur de l'église d'Insos, charpente et fresques

5/Le château de la Trave

Les ruines du Château de la Trave, existent depuis le XVIème sans doute . Vus les bouleversements des énormes pans de murs en tous sens , il semble que le château fort du XIVème siècle, ait été détruit à coup d’explosifs durant les guerres de religion.

Le château se trouve à proximité du pont de la Trave sur le Ciron et un barrage ; les ruines ont été inscrites en tant que monument historique en 1987.

Il a été bâti vers 1306 par Arnaud-Bernard de Preyssac, seigneur d’Uzeste et neveu de Clément V ; ce château passera ensuite aux Montferrand, de Vicose, aux Pons puis aux Sabran.

la tour et les rempartsla tour et les remparts

la tour et les remparts

C’est un château Clémentin par sa conception et une structure régulière. Une basse-cour était entourée de murailles percées d’archères à la française ( toujours en place )puis une tour et un mur séparaient la basse-cour du château . Au dessus de ce mur se trouvaient les logements des chevaliers. L’enceinte est rectangulaire, flanquée à chaque angle d’une tour carrée, dont trois sont disposées selon les axes diagonaux comme à Cazeneuve . Le château est petit (30m de long par 20 à 25 m de large ) de plan régulier avec une petite cour , des logis , derrière les murs d’enceinte, des fossés sauf en bord du Ciron puisqu’il est construit sur la falaise du Ciron. Un donjon avec entrée particulière par un pont de bois ,s’élève au centre.

Ce château avait donc une double enceinte pour une bonne défense.

les blocs de pierre soulevés lors de l'explosion!! et les murailles encore debout
les blocs de pierre soulevés lors de l'explosion!! et les murailles encore debout
les blocs de pierre soulevés lors de l'explosion!! et les murailles encore debout

les blocs de pierre soulevés lors de l'explosion!! et les murailles encore debout

6/ château de la Füe ou dit aussi, château de la Travette :en ruine lui aussi et également inscrit en tant que monument historique en 1987. Il se situe plus en amont, au bord d’un méandre du Ciron ; il date de 1320-1325 ; il semble plus « confortable » que le château de la Trave ; alors servait-il de logis et celui de la Travette de défense ?

Il comporte des mâchicoulis , il est plus grand qu’une maison forte , c’est un édifice de l’importance du château du Breuil à Cissac . Les archères sont en croix pâté du XIVème ; on voit encore une salle à l’étage avec une cheminée joliment décorée de sculptures, une armoire de pierres et une porte à arc brisé qui amenait à deux autres pièces à l’étage ; on voit encore un jambage qui atteste de cette autre construction.

les ruines du château de la Fue, l'intérieur d'une salle
les ruines du château de la Fue, l'intérieur d'une salle
les ruines du château de la Fue, l'intérieur d'une salle

les ruines du château de la Fue, l'intérieur d'une salle

les murs extérieurs du château de la Fueles murs extérieurs du château de la Fueles murs extérieurs du château de la Fue

les murs extérieurs du château de la Fue

Notre journée se termine à Préchac , journée bien agréable avec de belles visites !

Elisabeth Roux & Marie Hélène Guillemet

Tag(s) : #visites

Partager cet article

Repost 0