Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Pigeonnier & Le hangar à château Lescombes 198 avenue du Taillan

ouverts tous les 1ers dimanches du mois de 14h30 à 18h

La cabane rue du Prado

ouverte tous les 1ers dimanches d’avril à septembre de 14h30 à 18h

Le musée du maraîchage présente l’évolution des pratiques maraîchères au cours du XX è siècle. Les objets exposés évoquent les activités et le savoir-faire viticole( majoritaire jusqu’à la fin du XIX ème siècle) et maraîcher .

le Pigeonnier (château Lescombes , 198 avenue du Taillan)

Le musée du maraîchage à Eysines

A Eysines, les maraîchers fabriquaient des outils pour des tâches bien précises et leurs outils étaient ingénieux.

Une collection importante des outillages manuels est disposé dans le pigeonnier : les outils pour défricher, labourer, fumer, semer et planter, désherber et sarcler, arroser et irriguer, éliminer les maladies et les nuisibles, récolter .

L’outil est la combinaison de facteurs sociaux, techniques et économiques ; il tient une grande place dans la vie quotidienne de son utilisateur. Les hommes ont voulu et ont pu maîtriser leur environnement en améliorant leurs outils et en en inventant d’autres ; de ce fait l’outil agricole n’est pas un objet matériel comme un autre, il est un fait de civilisation. Les outils font partie intégrante de la vie des hommes, car ils leur permettent de mieux maîtriser et de s’approprier leur envi­ronnement afin de subvenir à leurs besoins.

le hangar (château Lescombes, 198 avenue du Taillan )

Le musée du maraîchage à Eysines

On trouve ici les outillages plus encombrants comme les charrettes jardinières, qui permettaient aux maraî­chers de livrer leurs légumes au marché des Capucins , mais aussi les tombereaux, les herses, les charrues, les machines à laver les légumes, la vis d’Archimède qui permettait de vider le réservoir et d’alimenter l’aqueduc pour arroser le jardin.

Les jardinières sont légères, montées sur ressorts ; elles peuvent transporter une tonne et demie de légumes.

Les tombereaux sont équipés d’un système de bascule pour transporter la terre ou le fumier.

la cabane, rue du Prado

La cabane et le "crampot"La cabane et le "crampot"

La cabane et le "crampot"

Cette cabane typique évoque la vie quotidienne des maraîchers qui y passaient leur journée au milieu de leurs terrains agricoles. Dans le crampot on préparait les repas dans la cheminée et on y mangeait à midi. Les légumes étaient récoltés à la main, et nettoyés au lavoir de la cabane ; celle-ci était bâtie sur une rigole. Dans l’atelier, après le lavage, les légumes étaient mis en botte pour certains , puis disposés dans les mannequins ( grands paniers rectangulaires en osier) et les bajaules( grandes caisses en lattes de bois , appelés aussi mannequins…) En fin de journée , la veille du marché, la charrette était chargée à l’aide du monte-charge, puis on retournait à la maison au Bourg, à Lescombes , au Vigean….. On prenait le repas du soir. Vers 1 h du matin le maraîcher attelait le cheval et son épouse partait pour le marché. Elle devait être placée aux Capucins avant le début de la vente vers 4h .

Tag(s) : #musée du maraîchage

Partager cet article

Repost 0