Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Merci à notre guide Gilbert Coudy , toujours aussi enthousiaste et érudit !!

1/ Abbaye de la sauve majeure

Histoire : La Sauve Majeure, vient du latin Silva major= grande forêt.

L’abbaye a été fondée au milieu de cette grande forêt sauvage, en 1080. Elle est sur le trajet des chemins de St Jacques (la voie royale Paris-Tours-St Jacques). Au moyen âge , à son apogée ,l’abbaye (de type clunisien ,de l’ordre de St Benoit) a plus de 300 moines , elle règne sur 67 prieurés répartis dans toute l’Aquitaine , mais aussi en France et en Angleterre . Elle s’établit en rivale des autorités de Bordeaux, tant ecclésiastiques que temporelles.

Ce grand rayonnement va pourvoir à une grande richesse de l’abbaye, des donations importantes lui permettront d’acquérir des terres. Sa renommée est telle que les grands seigneurs feront un séjour à l’abbaye ; par ailleurs Alienor d’Aquitaine y est venue plusieurs fois

Après une grande prospérité elle va subir un long déclin jusqu’à la Révolution ; En 1667 un éboulement entame un début de dommages ; en 1759 un tremblement de terre, puis la Révolution la transforme en prison en 1793 et les destructions s’enchainent. En 1837 un collège de Jésuite s’installe dans les lieux en construisant des bâtiments à l’emplacement des bâtiments conventuels, qui seront repris par une école normale .En 1840 elle est classée Monument Historique, mais la mise à mal se poursuit : en 1910 un incendie, de 1914 à 1918 un hôpital auxiliaire s’installe… Enfin en 1960 l’Etat l’achète et la restauration débute , puis l’abbaye est inscrite en 1998 au patrimoine Mondial de l’Unesco.

le plan de l'ancienne abbaye

le plan de l'ancienne abbaye

l'abbatiale

l'abbatiale

Explicatif : Le site est composé des restes de l’abbatiale et des bâtiments monastiques , (et des bâtiments du XIX ème siècle ); Au sud de l’abbatiale il y a le cloître et juste à côté, la salle capitulaire : c’est le lieu où se réunissent les moines pour entendre la lecture d’un chapitre de la règle ; c’est là aussi que s’organise la journée , que se prennent les décisions, etc ., puis venaient les autre salles( dortoirs et réfectoires, etc)

L’art roman à  L’abbaye de la Sauve Majeure et l’église,Samedi 13 juin 2015 , avec Connaissance du Médoc  de Courpiac
L’art roman à  L’abbaye de la Sauve Majeure et l’église,Samedi 13 juin 2015 , avec Connaissance du Médoc  de Courpiac
les autres batiments

les autres batiments

Nous découvrirons surtout, les parties romanes de l’abbatiale dont les chapiteaux très bien conservés.

Les chapiteaux sont des commandes faites par les moines aux sculpteurs avec force détails sur des sujets bibliques et les différentes scènes à sculpter . Ils servent aux clercs à faire passer les messages aux fidèles en expliquant les thèmes représentés.

Les modillons sont laissés au libre choix du sculpteur et sont à l’extérieur

Certains détails ont une dimension accrue , c’est une façon de mettre en avant, en exergue , un détail important .

Aucun écrit ancien n’existe sur ces sculptures. Les historiens s’y sont intéressés , les ont longuement examinés et comparés pour étudier chaque sculpture ,en faire un inventaire et tenter d’en saisir le sens spirituel et les nombreux messages de tant de symbolisme !

Visite : Dès l’entrée nous remarquons des disques de consécration : ils étaient une douzaine , il en reste 6 ou 7 ; l’ouverture de l’église au culte ne pouvait se faire qu’après la mise en place de ces disques de consécration.

Disque de consécration

Disque de consécration

Nous nous avançons vers le chœur, à droite, le clocher du XV ème ; à gauche les soubassements des piliers monumentaux mais à droite les piliers sont encore en place.

:12.0pt;line-height:115%;font-family:"Centaur","serif"'>Les chapiteaux sont des commandes faites par les moines aux sculpteurs avec force détails sur des sujets bibliques et les différentes scènes à sculpter . Ils servent aux clercs à faire passer les messages aux fidèles en expliquant les thèmes représentés.

Les modillons sont laissés au libre choix du sculpteur et sont à l’extérieur

Certains détails ont une dimension accrue , c’est une façon de mettre en avant, en exergue , un détail important .

Aucun écrit ancien n’existe sur ces sculptures. Les historiens s’y sont intéressés , les ont longuement examinés et comparés pour étudier chaque sculpture ,en faire un inventaire et tenter d’en saisir le sens spirituel et les nombreux messages de tant de symbolisme !

Visite : Dès l’entrée nous remarquons des disques de consécration : ils étaient une douzaine , il en reste 6 ou 7 ; l’ouverture de l’église au culte ne pouvait se faire qu’après la mise en place de ces disques de consécration.

soubassement piliers

soubassement piliers

base de pilier

base de pilier

le clocher

le clocher

Nous arrivons à l’abside : au centre la grande abside et de part et d’autres 2 absidioles ; le chœur n’a pas de déambulatoire.

Les chapiteaux des piliers sont en bon état et nous allons les découvrir. Leurs sculptures sont représentatives des thèmes de l’art roman. Les sculptures sont très stylisées. Elles sont une « bible de pierre » . Le peuple ne sait pas lire il ne peut que regarder et rêver. Les clercs commentaient les sculptures et les hommes étaient terriblement impressionnés par ces sculptures, et ils étaient alors sensibles au symbolisme des images de pierre.

Beaucoup de feuilles d’acanthe dans l’art roman ; c’est l’illustration foliaire la plus typique du Moyen Age ; cette feuille est subdivisée, complexe = symbole de la complexité, diversité de la nature humaine.

un écrit ancien n’existe sur ces sculptures. Les historiens s’y sont intéressés , les ont longuement examinés et comparés pour étudier chaque sculpture ,en faire un inventaire et tenter d’en saisir le sens spirituel et les nombreux messages de tant de symbolisme !

Visite : Dès l’entrée nous remarquons des disques de consécration : ils étaient une douzaine , il en reste 6 ou 7 ; l’ouverture de l’église au culte ne pouvait se faire qu’après la mise en place de ces disques de consécration.

L’art roman à  L’abbaye de la Sauve Majeure et l’église,Samedi 13 juin 2015 , avec Connaissance du Médoc  de Courpiac
L’art roman à  L’abbaye de la Sauve Majeure et l’église,Samedi 13 juin 2015 , avec Connaissance du Médoc  de Courpiac

Grande absidiole nord ,(chapelle Ste Madeleine )à gauche du chœur :

Le chapiteau avec les lions : ils sont stylisés avec des « bouclettes », leurs queues montent avec une extrémité flamboyante . Le lion est la figure animale parmi les plus représentées au Moyen Age , c’est aussi le rappel de la fosse aux lions pour les 1ers chrétiens.

Le chapiteau avec Adam et Eve : si il y a juxtaposition de scènes sur un chapiteaux, une histoire est racontée ; pour la lire chronologiquement il faut commencer de regarder à droite puis continuer vers la gauche :Eve tend la pomme à Adam, Adam la croque et se sent mal ,il porte la main à son cœur, puis il travaille la terre car il a commis le Péché Originel.

Un autre chapiteau montre un homme jeté dans la fosse aux lions.

Un gros chapiteau nous montre un combat de 2 basilics contre 2 aspics ( transformés en êtres fabuleux et imaginaires) sur fond de serpents enchevêtrés : les corps sont complexes , il faut impressionner le peuple qui regarde le « Livre de Pierre»

Sur le suivant c’est un lion bicorpore ou bicorporé en animale monocéphale : dans l’angle la tête et de part et d’autre un corps ; ces animaux imaginaires sont très courants dans les sculptures romanes.

Chapiteau aux sirènes : elles ont un buste de femme avec une longue chevelure et un corps monumental de poisson. Ici nous voyons une sirène qui a un bras tendu vers une oreille = écoutez, soyez attentif !!, l’autre bras est écarté et repousse un serpent ; le serpent est un être diabolique et pernicieux. Tandis que la sirène attire par son chant les navigateurs ; elle est censée causer les naufrages car la sirène est le symbole de la tentation, symbole de tous les dangers.

Face aux sirènes, les Ulysses :le navigateur attaché au mât pour ne pas succomber à la tentation et se noyer en mer !

Les sirènes et les Ulysses sont l’un en face de l’autre ; leur juxtaposition est aussi l’annonce ou la réponse l'un à l’autre ; l’un et son contraire se trouvent souvent face à face dans l’art roman.

L’art roman à  L’abbaye de la Sauve Majeure et l’église,Samedi 13 juin 2015 , avec Connaissance du Médoc  de Courpiac
L’art roman à  L’abbaye de la Sauve Majeure et l’église,Samedi 13 juin 2015 , avec Connaissance du Médoc  de Courpiac

Dans l’abside principale :

Saint-Michel terrassant 2 dragons, symboles du mal.

Des monstres fabuleux : Centaure et Sagittaire : avec le Sagittaire qui se retourne et bande son arc vers le Centaure

Des monstres fabuleux : les Griffons.

Daniel et le serpent des Babyloniens.

Pommes de pin (ou raisins?) symboles de permanence et de résurrection.

Absidiole sud (chapelle St Nicolas)

Daniel dans la fosse aux lions.

Les trois tentations du Christ : au désert, au sommet de la montagne. sur le sommet du temple de Jérusalem.

La vie de Samson ( de droite à gauche)

Samson porte les pierres de Gaza , il détruit Gaza et les portes s’écroulent sur les Philistins - Samson , à cheval sur un lion ,il lui déchire la gueule =Samson domine le lion , symbole de la victoire du bien sur le mal- Dalila a séduit Samson , il met la tête sur ses genoux et s’endort alors qu’ elle lui coupe les cheveux

Sur un autre : un diable a une chevelure oblongue ; il y a de multiples représentations du diable sur les chapiteaux romans .

Bas-côté sud :

Isaac et le sacrifice d'Abraham.

Le martyre de St Jean Baptiste

Les aspics( vipères) se combattent , l’un se mord la queue . Il peut même dessiner alors un cercle =surobouros= permanence de la vie.

Un ange retient le bras d’un homme qui brandit une épée.

L’art roman à  L’abbaye de la Sauve Majeure et l’église,Samedi 13 juin 2015 , avec Connaissance du Médoc  de Courpiac
L’art roman à  L’abbaye de la Sauve Majeure et l’église,Samedi 13 juin 2015 , avec Connaissance du Médoc  de Courpiac
L’art roman à  L’abbaye de la Sauve Majeure et l’église,Samedi 13 juin 2015 , avec Connaissance du Médoc  de Courpiac
L’art roman à  L’abbaye de la Sauve Majeure et l’église,Samedi 13 juin 2015 , avec Connaissance du Médoc  de Courpiac
L’art roman à  L’abbaye de la Sauve Majeure et l’église,Samedi 13 juin 2015 , avec Connaissance du Médoc  de Courpiac

A l’extérieur des absides nous découvrons les modillons : des têtes diverses de personnages et d’animaux, des sculptures stylisées, des décors et très souvent des acrobates ; l’acrobate est celui qui est capable de renverser son corps, de prendre des formes bizarres = l’esprit doit avoir cette possibilité de se tourner vers le ciel , de s’éloigner des conditions matérielles .

L’art roman à  L’abbaye de la Sauve Majeure et l’église,Samedi 13 juin 2015 , avec Connaissance du Médoc  de Courpiac
L’art roman à  L’abbaye de la Sauve Majeure et l’église,Samedi 13 juin 2015 , avec Connaissance du Médoc  de Courpiac
L’art roman à  L’abbaye de la Sauve Majeure et l’église,Samedi 13 juin 2015 , avec Connaissance du Médoc  de Courpiac

2/ L’église romane de Courpiac

Petite visite rapide où nous ne verrons que l’extérieur . C’est une toute petite église à simple nef . Son porche est sur un coté : des colonnes, soutiennent des arcs , décors des arcs et chapiteaux , les colonnes sont travaillées finement .

Les chapiteaux : des serpents, un petit homme et un gros poisson qui l’écrase = le poisson est ici le symbole de l’animalité de l’homme ; l’homme supporte le fardeau de son animalité mais il doit s’en décharger pour élever son esprit.

Les modillons….. Comment dire… ils peuvent être jugés …. grivois, coquins … ces termes choisis sont presque désuets face à ces sculptures surprenantes …même à l’extérieur d’une église !!

A chaque époque, ses convenances … les photos vous raconteront mieux qu’un long discours qui pourrait être équivoque ….

L’art roman à  L’abbaye de la Sauve Majeure et l’église,Samedi 13 juin 2015 , avec Connaissance du Médoc  de Courpiac
L’art roman à  L’abbaye de la Sauve Majeure et l’église,Samedi 13 juin 2015 , avec Connaissance du Médoc  de Courpiac
L’art roman à  L’abbaye de la Sauve Majeure et l’église,Samedi 13 juin 2015 , avec Connaissance du Médoc  de Courpiac

3/Avant de rentrer arrêt à Sadirac au musée de la poterie et au marché des potiers qui a lieu ce week-end .

Merci pour cette belle journée organisée par Connaissance du Médoc

Elisabeth Roux

Tag(s) : #visites

Partager cet article

Repost 0