Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Eysines

Extrait des « Les châteaux historiques et vinicoles de la Gironde »

d’Edouard Guillon, publié 1876

Pour comprendre le texte d’Edouard Guillon:

1/ E Guillon a visité les lieux en 1867 et il les décrit ensuite en s’appuyant aussi sur ses recherches et lectures.

2/ E Guillon donne ses sources : Archives de la gironde, Maisons religieuses – Baurein, Variétés bordelaises, TomeIII -- Marquessac, les hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem en Guienne --Renseignements locaux

3/ l’orthographe avec les nombreux mots composés avec les tirets, a été laissé telle que dans le livre.

4/ depuis 1867, la lecture des manuscrits, archives notariales et autres documents conservés aux Archives Départementales et municipales a permis d’écrire l’histoire d’Eysines autrement et d’une façon qui nous semble actuellement beaucoup plus juste !!

* les notas sont de janvier 2014 à mai2015 ( les recherches furent longues…..), d’Elisabeth Roux, aidée par M Michel Baron , que je remercie de son aide précieuse .

-------------------------------------------------

Eysines est situé au sud du canton de Blanquefort, sur la rive droite de la Jalle où elle couvre une superficie rectangulaire d’environ 1 500 hectares, partie en plaine basse, partie sur quelques coteaux graveleux ; elle est arrosée par un faible ruisseau (*nota 1: le Limancet, aujourd’hui canalisé sur tout son parcours ; il allait de la Forêt où il alimentait le lavoir, aux marais de Bordeaux , en longeant l’avenue de l’hippodrome ) et traversée par la route de Bordeaux à Lesparre.

Le sol d’Eysines est très productif, bien cultivé et produit des blés, des céréales, des foins, des objets de jardinage dont il se fait un grand commerce, des oseraies, des bois taillis et environ 300 hectares de vignes rouges. Les vins d’Eysines ont de la couleur, mais sont petits, communs et de courte durée ; le commerce les classe dans les petites graves, et Franck les assimile à ceux des communes de la banlieue de Bordeaux.

Le bourg d’Eysines se compose d’une longue rue, au bout de laquelle était l’Eglise, qui a été démolie vers le milieu du XIXe siècle et reconstruite sur le coteau. Les principaux villages sont : Le Vigean, Les Combes, Le Grand-Louis ; il y a aussi des hameaux et des maisons isolées.

Il y a dans Eysines un lieu appelé la Motte, un autre La Citadelle et un troisième Le Campuch(Camp-Haut), désignations qui semblent annoncer des fortifications anciennes. Il y a aussi le Château de la Plane, le Manoir du Vigean, les maisons de Lescale, Bois-Gramont et Boisalut, des villas et de belles maisons bourgeoises.

Le Château de la Plane (*nota 2: château Lescombes, 198 av du Taillan)

……………………

Là-bas derrière sa barbacane

L’antique château de la Plane

Ne montrait que ses quatre tours !

C’était jadis une maison-forte située à l’entrée de la forêt d’Ayzines et appelée La Taula du Luc ; on la retrouve depuis le XVe siècle, époque où elle appartenait à M. de Lalande qui fit bâtir le château dont il reste encore les tours. Jean de Lalande, chevalier, fut seigneur de la Taula du Luc, de 1433 à 1465, puis on retrouve un messire de Cat et d’Espire de Cat qui gardèrent La Taula jusqu’au milieu du XVIe siècle.

On la trouve désignée depuis cette époque sous le nom de château de la Plane, et vers 1550, cet édifice appartenait à Jean Dubernet, secrétaire du roi, qui la garda longtemps ; puis après sa mort, dit l’abbé Baurein, « Nous apprenons d’un titre du 4 Juin 1598 que Gratian de Mullet , Ecuyer, étoit à cette époque ,sieur de la Plane d’Eysines. »

(*nota 3: beaucoup de documents du XVIème siècle, conservés aux Archives Départementales attestent de désaccords nombreux entre les sieurs Dubernet, Dussault et Gratian de Mulet… ; L’abbé Baurein et Edouard Guillon simplifient un peu….)

En 1602, Gratian de Mullet partageait les dîmes de la paroisse d’Eysines avec le chapitre de Saint André, ce qui prouve qu’il avait de grands privilèges nobiliaires ; cependant ni lui, ni ses prédécesseurs ne se qualifient de seigneurs d’Eysines. La justice de cette paroisse avait d’abord dépendu de la châtellenie de Blanquefort, et elle dépendait au XVIIe siècle de la Jurade bordelaise qui y avait établi une prévôté. Gratian était donc sieur ou seigneur de la Plane, mais non seigneur d’Eysines.

En 1631, Gratian de Mullet était mort, et sa veuve ,dame Catherine de Mullet, fut expropriée ; le château fut mis aux enchères par un arrêt du Parlement et vendu le 2 mai 1631. Il fut acheté par le Prieur du monastère des Feuillants de Bordeaux, dont l’ordre possédait déjà de grandes propriétés dans Eysines. Le château se composait alors d’une vieille bâtisse flanquée de quatre tours rondes, le tout entouré de 60 journaux de propriétés.

Les Feuillants firent subir de grandes modifications au château ; ils refirent le corps-de-logis, le surmontèrent d’un pavillon, y établirent une chapelle et renfermèrent les cours et les jardins dans de hautes murailles flanquées de tours d’observation. On voit dans leurs titres qu’il y avait des vignes et qu’ils y récoltaient d’assez bon vin.

Les Feuillants gardèrent le château pendant près d’un siècle ; ils allaient s’y reposer de temps en temps des austérités de la vie claustrale ; cependant comme cette propriété ne leur rapportait rien, ils s’en défirent, et le 18 août 1720, Jean-Baptiste de Saint Nicolas,leur prieur, la vendit au sieur Duret, « bourgeois de Bordeaux et marchand aux Chartrons », moyennant la somme de 45 500 livres, qui furent payées comptant « en billets de la Banque royale ». M. Duret en prit possession légale la même année et exerça les mêmes droits que les moines et leurs devanciers ; le bourgeois se fit gentilhomme !...

Le sieur Duret laissa son héritage à son fils qui en jouit avec ses droits et privilèges jusqu’à la Révolution, et c’est à tort que l’auteur du Nobiliaire de Guienne donne à quelques membres des familles de Sault et de Saint Laurent , la qualification de seigneurs de la maison noble de la Taula du Luc, à Eysines.

A l’époque de la Révolution, le châtelain de la Plane se fit citoyen, et en 1793 il était maire d’Eysines (*nota 4: Duret se dit maire d’Eysines dans son livre de Raison , mais c’est avant l’institution des municipalités !!!). La tradition rapporte qu’il tenait « dans sa maison » des réunions politiques où assistèrent quelquefois les représentants Talien et Ysabeau…. Il parait même que l’un d’eux se fâcha un jour de voir encore debout la croix de cimetière, et qu’il dit à Duret : « Si tu ne fais pas abattre la croix, je ferai abattre ta tête !... »

Le maire épouvanté se hâta d’obtempérer aux désirs du représentant, et la croix des morts fut abattue.

Sous l’Empire, M Duret vendit le château de la Plane à M. de Verthamon, d’où il passa à M. Pélissier. M. Malineau qui s’était enrichi dans les colonies, le possédait en 1848 , et l’on raconte qu’il eut avec quelques clubistes bordelais des difficultés dont il n’est resté que des souvenirs assez vagues. Il le vendit quelques temps après à M. Godde, qui le revendit en 1860 à M. Minvielle, le propriétaire actuel. (*nota 5 : il sera ensuite propriété de M Hyvert ou Yvert ,maire d’Eysines de 1878 à 1881 , puis à la famille Berjal jusqu’en 1928, puis famille Faure qui le vendit à la commune d’Eysines en 1989)

Le château de la Plane est un rectangle assez simple, à un seul étage, flanqué de ses quatre tours capuchonnées et dominé par un pavillon central, devant lequel est un parterre avec de grands arbres ; la façade occidentale donne sur une garenne, et le tout est clôturé de murs, en dehors desquels s’élève une fuie (*nota 6: le pigeonnier monumental de Lescombes , lieu de l’écomusée du maraîchage ).Il y a autour 8 hectares de vignes, et il s’y récolte de 15 à 20 tonneaux de vin

Le Manoir du Vigean (*nota 7 : château Lesca ou Amigues,8 rue Cap de Haut le manoir du Vigean que Guillon décrit n’est pas le château Lesca de la rue de Cap de Haut mais celui de la place Charleroi, voir nota 10)

Cet édifice, situé au milieu du village du Vigean, faisait partie de ces Manoirs, que les chevaliers de Malte possédaient dans le département de la Gironde. L’abbé Baurein dit qu’il dépendit de la commanderie des Templiers, et l’on a trouvé des titres le concernant depuis le commencement du XIVè siècle. C’était alors un castel qui avait des droits féodaux « sur le terroir du Vigean ». (*nota 8 : les Templiers ne possédaient que des terres qui dépendaient de la Commanderie de Bordeaux, il n’y avait sans doute aucune construction importante mais des bâtiments d’exploitation ou des logements pour le personnel,)

Des chevaliers du Temple, ou plutôt de Saint-Jean, il passa aux chevaliers de Malte, qui les remplacèrent et qui exercèrent aussi de certains droits sur les environs du Vigean. On trouve quelques reconnaissances féodales faites au commandeur pendant le XVIIè siècle. A cette époque, les limites de la petite seigneurie furent contestées, et une enquête fut ordonnée en 1620 pour la limiter de nouveau .Quand ce travail fut achevé, l’archevêque de Bordeaux lança une lettre pastorale qui ordonna de respecter les croix servant de bornes, « sous peine d’excommunication ».

Les chevaliers en jouirent ensuite assez tranquillement, sauf un procès pour les droits de dîme, au sujet duquel ils exhibèrent un arrêt du Parlement de 14 février 1558, qui donnait au commandeur le droit « du quint des terres et des vignes, » droit qu’il maintint jusqu’à la Révolution.

A cette époque, les chevaliers quittèrent le Vigean, et leur manoir fut saisi, puis vendu comme propriété nationale. Il a été possédé depuis par plusieurs propriétaires qui n’ont laissé aucun souvenir historique ; il appartient en 1867 à M. Godebard négociant à Bordeaux (*nota 9 : erreur M Godbarge , qui est noté « entrepreneur » sur les matrices cadastrales ; le château a été modifié plusieurs fois et peut-être même démoli en partie ou totalement avant reconstruction ;il sera ensuite propriété de M Lesca Léon en 1882 ou 1890 ?)

Ce manoir qui a été remanié et restauré, est un édifice rectangulaire surmonté d’une tourelle octogone et qui n’offre au premier aspect qu’une construction moderne ; devant sont les servitudes renfermées par d’anciens murs et par une grille dont le portail s’ouvre sur la place du Vigean. (*nota 10 :place Charleroi depuis 1914)

Les Maisons Nobles

Il y a dans Eysines quelques maisons nobles qui existent encore et qui ont laissé peu de souvenirs.

Lescale (*nota 11: château Lescale,17 rue de la Libération) est la plus importante comme construction. C’est un corps-de-logis du XVIè siècle affectant la forme d’un rectangle, surmonté d’un toit conique que domine une tourelle octogone capuchonnée. Devant est un parterre élégant, et sur le flanc du coteau s’étend un beau groupe d’arbres. Lescale , dont on retrouve les traces dans un terrier de 1565, appartenait alors à un baron de Villauzar, avocat au Parlement ; elle est depuis plus de vingt ans dans la famille Abiet, et M. Paguière la signalait, en 1829, comme un des trois premiers crûs d’Eysines. On l’appelle dans le pays le Château de M. Abiet.

Bois-Gramont (*nota 12 : démoli ; les terres de Bois-Grammont s’étendaient de l’avenue d’Eysines au Grand Louis, en gros la surface de Migron ; il y eut un vignoble important dont le propriétaire Fabre de Rieunègre fit des recherches de vinification et inventa la cage à presser) a laissé plus de souvenirs que Lescale. Baurein , qui l’appelle La Motte de Grasmont , cite de ses seigneurs dès le XIVè siècle ; au XVè siècle il était à Guillaume-Ays de Fronsac, avec ses droits , ses rentes et ses serfs questaux. Au XVIè siècle, Bois-Gramont passa par alliance à la famille de Pichard, et l’an 1659, le roi, voulant traiter favorablement le sieur Jean de Pichard, lui permit de faire apposer « ses armes, panonceaux et bastons royaux » aux lieux les plus apparents de ladite maison. Bois-Gramont , appelé aussi Bosc-Gramont, n’a pas laissé de souvenirs historiques ; Il était il y a quelques années à M. Lemotteux ; il est aujourd’hui à M. Fabre de Rieunègre, son gendre.

La Maison Ségur (*nota 13 : 41 rue Cap de Haut ; une des nombreuses branches de la célèbre et puissante famille de Sègur, en était propriétaire ; mais elle fut ruinée… et Jeanne de Ségur finit ses jours dans une demeure qui n’était plus qu’un taudis…) était un petit castel situé près du village du Vigean ; il parait être dès du XVIIè siècle et fut un fief appartenant à la famille de Ségur, dont plusieurs membres se qualifièrent « seigneur du Vigean ». Cet édifice, que surmonte un pavillon central à dôme brisé style louis XIII, est dans un état d’abandon qui en fera bientôt une ruine. Il appartient à M. Turquet. (*nota 14: erreur, M Turquet n’apparaît pas dans la liste des propriétaires, voir nota 20)

Boisalut (*nota 15 : 4 avenue de Verdun , Bodin de St Laurent fut arrêté dans sa maison de Bordeaux et non à Eysines) : Cette maison, située dans le bourg d’Eysines, a été remaniée plusieurs fois, mais il en reste encore un pavillon assez curieux qui peut bien remonter au XIV è siècle. Boisalut, que l’on appelle aussi Saint-Laurent, a appartenu à la famille de Sault, puis, par alliance, aux Bodin de Saint-Laurent. C’est là que fut arrêté en 1793, le marquis de Saint-Laurent, seigneur de la Roque de Thau et de Boisalut, pour marcher au tribunal et de là à l’échafaud révolutionnaire.

Boisalut appartient aujourd’hui à M. le Curé d’Eysines (*nota 16:Le curé Alfred Lalande , lors de la construction de la nouvelle église (église actuelle) trouve le presbytère ( actuellement place du 4 septembre ) trop éloigné et en 1866 achète une partie de Bois Salut).

(*nota 17 : Edouard Guillon dit : « le marquis de Saint-Laurent, seigneur de la Roque de Thau et de Boisalut » ; voici ce qu’écrit E Guillon, dans les pages qu’il consacre à Gauriac (où se trouve la Roque de Thau)et il écrit aussi : « M. Léo Drouyn avoue franchement « qu’il n’a pas été heureux dans ses recherches »….. Le vieux château de la Roque de Thau …. au XVIè siècle ses débris appartenaient à la famille de Sault, « qui portait deux saules dans ses armes » dont le chef se qualifiait seigneur de Boisalut et de la Roque de Thau .)

Il y a encore dans Eysines :

la villa italienne de M. Frech (*nota 18 : château les Tilleuls ou maison (château ) Perrin :,3 rue Raoul Dejean ; M Perrin était médecin et Mme Perrin institutrice à Eysines), située à Lescombes, parmi des charmilles et des fleurs ;

celle de M Duclou (*nota 19 :sans doute une erreur sur le nom , M Duclos et non Duclou, qui possède le château Lagravade 148 avenue du Médoc ; le propriétaire suivant sera M Lafon qui est sans doute le gendre de M Duclos) , près du Vigean et de la route ;

la belle habitation de M. Vergnes (*nota 20: là E Guillon se trompe !!, M Vergnes Martin Delphin fut propriétaire de la Maison Ségur, puis la famille Cathala succèdera ) où se trouve une tour d’où partait un souterrain qui, d’après une tradition très ancienne, correspondait avec le château de Blanquefort. (*nota 21: la légende du souterrain avec Blanquefort n’a pas de lieu précis, diverses maisons se l’approprient…dont celle de Ségur.)

Il y a enfin plusieurs belles maisons bourgeoises disséminées çà et là ; quelques-unes sont entourées d’un petit vignoble, mais il n’y a à signaler, dans cette commune, aucun crû important.

La Taule du Luc (*nota22 : Place du 4 septembre)

((*nota 23 : Edouard Guillon n’en parle que dans « Le Château du Luc » à Blanquefort et voici le peu qu’il en dit se référant à Baurein)

….. cet édifice, plus connu dans le commerce vinicole sous le nom de Château Dulamon ……C’est une ancienne maison noble qui n’a laissé aucune trace dans l’histoire, et qui est désignée dans les anciens titres sous le nom de Taüla du Luc. L’abbé Baurein dit qu’il est certain que cette maison noble appartenait au XVè siècle aux seigneurs de Lalande, ainsi que la Taüla du Luc , de la paroisse d’Eysines.

porte gothique de Bois Salut & vieille église et Taule du Luc
porte gothique de Bois Salut & vieille église et Taule du Luc

porte gothique de Bois Salut & vieille église et Taule du Luc

Lescombes , aujourd'hui le château et le pigeonnier , et au XIXème depuis le vignoble
Lescombes , aujourd'hui le château et le pigeonnier , et au XIXème depuis le vignoble
Lescombes , aujourd'hui le château et le pigeonnier , et au XIXème depuis le vignoble

Lescombes , aujourd'hui le château et le pigeonnier , et au XIXème depuis le vignoble

Tag(s) : #patrimoine d'Eysines

Partager cet article

Repost 0