Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L’ancienne église

(extrait de « Léo Drouyn en Médoc »)

d’après Les notes manuscrites de Léo Drouyn le 4 novembre 1856

& commentée par Michelle Gaborit (1)

1/ Notes manuscrites de Léo Drouyn, du 4 novembre 1856

« Cette église est dans un état déplorable et offre peu d’intérêt. Son plan est formé d’une nef romane précédée d’un clocher carré et suivie d’une abside semi-circulaire. La nef a un bas-côté moderne.

Le clocher, actuellement maintenu par des étais, a été au XV° ème siècle renforcé par des contreforts angulaires. La partie supérieure n’existe plus. Les ouvertures dont il est percé sont de petites fenêtres à sections droites et très évasées en dehors et en dedans. A l’ouest s’ouvrait une porte en plein cintre recouverte par un arc ogival du XIV° éme. La porte actuelle, qui est du XV°ème siècle, s’ouvre au sud dans un avant-corps roman en partie ruiné. A l’abside on voit des contreforts plats. J’ai fait un croquis de cette église dans un de mes albums. »

2/ Commentaires de Michelle Gaborit( s’appuyant sur l’œuvre graphique de L Drouyn)

« La nef principale de l’église était bien romane, comme en témoigne une petite baie en plein cintre ouverte dans le mur sud au dessus de l’avant corps qui contenait au sud le portail roman. La position de la petite baie dont il est question, juste en dessous de la toiture, indique que la nef n’était pas voûtée, mais simplement couverte d’une charpente. Le clocher, peut-être roman à l’origine a probablement été d’abord remanié au XIV° siècle, avec une baie longue et étroite, peut-être une archère, au dessus de la porte occidentale, dont Léo Drouyn attribue l’arc brisé au XIV° ème siècle. Par la suite , cette tour a été également transformée à la fin du Moyen Age comme en témoignent les baies rectangulaires qui lui fournissent de la lumière dans sa partie supérieure, ainsi que l’adjonction, signalée par L Drouyn, de gros renforts obliques aux angles. Elle semble avoir perdu au moins un étage, car vers l’est subsiste un pan de mur qui s’élève nettement au dessus d’une corniche horizontale saillante. La présence de ce pan de mur surélevé avait permis par la suite d’y adosser un toit à pente unique, incliné vers l’ouest. C’est probablement à la fin du Moyen Age que le portail sur fut modifié et orné de voussures multiples.

On aperçoit également sur le dessin le bas-côté sud , éclairé par des baies en arc brisé, dans lequel on pénétrait par une porte surmontée d’une niche aménagée dans une sorte de fronton étroit, sans doute flanqué de volutes . Ce portail comme le collatéral, pourrait , au vu de ce dessin, avoir été édifié au XVII° ème siècle.

On remarque enfin la présence d’une importante lézarde qui parcourt le haut du mur sud du clocher. Deux madriers sont posés obliquement pour tenter de consolider l’avant-corps du portail sud. »

  1. Michelle Gaborit , décédée en 2005 , était Maître de Conférence à Bordeaux III, spécialiste en histoire de l’art et peintures murales.

E Roux

le croquis de Léo Drouyn

le croquis de Léo Drouyn

Bon Noël à Tous: découvrez la vieille église où se sont célébrés tous les Noëls jusqu'au milieu du XIX ème siècleBon Noël à Tous: découvrez la vieille église où se sont célébrés tous les Noëls jusqu'au milieu du XIX ème siècle
2 dessins non signés: la vieille église & la vieilles église et la Taule du Luc vers 18452 dessins non signés: la vieille église & la vieilles église et la Taule du Luc vers 1845

2 dessins non signés: la vieille église & la vieilles église et la Taule du Luc vers 1845

Tag(s) : #patrimoine d'Eysines

Partager cet article

Repost 0